Comment la pandémie modifie le comportement des consommateurs

Comment la pandémie modifie le comportement des consommateurs

mardi, avril 21, 2020
Marina Azmy

Le COVID-19 a choqué le monde. Il s’agit maintenant de créer un monde entièrement nouveau auquel les consommateurs et les entreprises doivent s’adapter ; un monde dans lequel l’anormal est le nouveau normal et il peut être écrasant.

Alors, comment les consommateurs se comportent-ils dans ces circonstances sans précédent ? Ont-ils modifié leur comportement en réponse à cette pandémie ? Examinons l’impact de cette pandémie à l’échelle mondiale.

Les gens sont-ils inquiets ?

La crainte du virus est très répandue, avec 90 % des consommateurs aux États-Unis et au Royaume-Uni qui se sentent concernés. Cependant, on estime que 96 % des membres de la génération Z sont inquiets, contre 90 % des baby-boomers. En outre, 60 % des membres de la Génération Z et des millénaires sont soit très ou extrêmement préoccupés, alors que seulement 40 % des baby-boomers partagent le même sentiment.

Les gens font-ils confiance aux informations sur le COVID-19, ou à la manière dont les médias les présentent ? Selon un sondage de l’Institut Angus Reid (accessible via eMarketer), les répondants plus âgés au Canada sont plus susceptibles d’avoir indiqué qu’ils font confiance aux médias d’information au Canada. Près des deux tiers des Canadiens âgés de 55 ans et plus font confiance aux médias, contre moins de la moitié des personnes âgées de 18 à 24 ans.

Une autre étude portant sur les consommateurs américains et britanniques a révélé que 40 % des personnes sont préoccupées par des informations sur le COVID-19 inexactes. L’exception, cependant, est que les chiffres des taux d’infection et de mortalité sont largement fiables.

Changements de comportement dans les routines quotidiennes

Près de 90 % des membres de la Génération Z ont apporté des changements à leur routine quotidienne, contre seulement 75 % des baby-boomers. En outre, 44 % des membres de la Génération X qui ont indiqué qu’ils lisaient plus souvent les nouvelles pour rester informés, suivis par la Génération Z à 40 %. Un tiers de la Génération Y consulte plus souvent les médias sociaux pour se tenir au courant. Il est clair qu’un effort réel et concerté est fait pour se laver les mains plus fréquemment et essayer de ne pas se toucher le visage.

Evolution des comportements suite au COVID-19

Manger moins

Selon eMarketer, 60 % des consommateurs ont indiqué qu’ils mangeront moins au restaurant en raison de la COVID-19 à partir du 15 mars 2020. Certains restaurants ont réagi en omettant les frais de livraison pour encourager la livraison des aliments.

Graphique montrant l'impact du COVID-19 sur les restaurants aux États-Unis

Il y a aussi un appétit insatiable pour la livraison des courses. Les plateformes de livraison de produits alimentaires telles que Instacart, Walmart Grocery et Grocery Gateway connaissent des pics de ventes et de commandes sans précédent, les consommateurs commençant à acheter des produits alimentaires en ligne. Même les consommateurs qui n’ont jamais acheté de produits alimentaires en ligne se trouvent quelque peu contraints de passer aux achats en ligne.

Statistiques de téléchargements quotidiens des applications de livraison de courses

En comparant la moyenne des téléchargements quotidiens en février à ceux de mars, Instacart, Walmart Grocery et Shipt ont enregistré des hausses de 218%, 160%, et 124% respectivement.

Achats retardés

Les consommateurs sont plus susceptibles de retarder leurs achats, en particulier les achats coûteux et importants. Plus de 40 % des consommateurs ont indiqué qu’ils n’effectueront des achats importants que lorsque l’épidémie de coronavirus diminuera ou prendra fin dans leur pays.

graphic

Toutes les catégories sont confrontées à un certain risque et sont touchées d’une manière ou d’une autre. En ce qui concerne les voyages, 33 % n’achèteront des forfaits vacances que lorsque l’épidémie sera terminée dans leur pays. En outre, l’enquête a révélé que les consommateurs ne se contentent pas de retarder leurs achats : ils abandonnent aussi complètement leurs projets. On estime que 22 % des consommateurs du monde entier déclarent avoir annulé des voyages prévus dans un autre pays et 35 % des voyages prévus dans leur pays.

Il semble que l’âge soit un facteur important lorsqu’il s’agit de retarder les achats. Les membres de la génération Z sont les plus susceptibles de retarder leurs achats, et cela est vrai dans plusieurs catégories. Cela peut être attribué en partie à des niveaux de revenus plus faibles et à l’incertitude en général.

Dans le commerce de détail, nous constatons une accélération du passage des achats en magasin aux achats en ligne. Les précautions contre les coronavirus ont entraîné une diminution du trafic en magasin et une augmentation des achats en ligne. Les dépenses en ligne aux États-Unis ont augmenté de 52 % en glissement annuel sur une période de trois semaines au cours du premier trimestre. Certains chercheurs parlent d’un changement temporaire en réaction à la pandémie, tandis que d’autres pensent que COVID-19 changera à jamais la façon dont les consommateurs font leurs achats.

Une consommation médiatique galopante

Le coronavirus a également un impact considérable sur la consommation des médias. Selon un rapport de comScore, le nombre total de visites numériques sur les sites des CDC, des NIH et de l’OMS a augmenté de 425 % (9-15 mars contre 6-12 janvier), tandis que les visites par téléphone portable ont augmenté de 671 %. Il y a un appétit pour les nouvelles provenant de sources fiables alors que les consommateurs essaient de rester informés et de répondre à leurs nouvelles réalités en matière de coronavirus.

Augmentation des visites sur les sites Internet des sources gouvernementales USA

On observe également une augmentation de l’engagement dans les médias sociaux et les courriels au Canada, où l’on a constaté une augmentation de 17 % des visites quotidiennes uniques sur les réseaux sociaux entre la semaine du 9 au 15 mars 2020 et la semaine de référence du 30 décembre 2019 au 5 janvier 2020.

Comment les marques devraient-elles réagir ?

Les actions sont plus éloquentes que les mots. « Arrêtez avec les jolis logos, mettez en valeur votre expertise et agissez », a déclaré le psychologue des consommateurs Kit Yarrow. Bien sûr, changer son logo pour mettre en valeur et encourager la distanciation sociale est un beau geste, mais c’est juste ça : un geste. Les marques doivent intensifier leur jeu et faire preuve de solidarité en passant à l’action. Posez-vous la question suivante : êtes-vous vraiment à la hauteur de votre objectif pendant cette crise ?

Comme le rapporte The Drum, le géant des biens de consommation Unilever a engagé 100 millions d’euros pour freiner la propagation du coronavirus en donnant du savon, du désinfectant, de l’eau de javel et de la nourriture pour aider à protéger la vie et les moyens de subsistance des consommateurs, des fournisseurs et de sa main-d’œuvre. Selon les termes du PDG d’Unilever, Alan Jope : « En tant que première entreprise de fabrication de savon au monde, nous soutenons l’effort mondial visant à protéger les vies et les moyens de subsistance contre la pandémie de COVID-19 ». M. Jope a également mis l’accent sur l’éloignement physique mais pas l’éloignement émotionnel. Puissant et empathique, c’est un excellent exemple d’une marque à la hauteur de son objectif et qui réussit là où d’autres échouent lamentablement.

Parmi les autres exemples, citons le don par Kiehl’s de 500 000 repas au fonds de réponse COVID-19 de Feeding America, ainsi que le partenariat de DoorDash avec United Way Worldwide pour livrer environ un million de livres de nourriture et de repas aux ménages dans le besoin.

Il est important de souligner que tout ce qui est intéressé et opportuniste doit être évité à tout prix. N’en faites pas une affaire personnelle, comme l’a expliqué M. Yarrow. Ce n’est pas le moment de parler de votre entreprise et de votre marque. Cherchez plutôt à comprendre ce dont les consommateurs ont le plus besoin, et faites tout votre possible pour continuer à apporter une valeur ajoutée à la vie des gens de manière significative qui renforce ce que votre marque représente.

Soyez présent. Ayez un impact.

La meilleure chose que vous puissiez faire en tant que marque en ces temps tumultueux est de soutenir vos clients de toutes les manières possibles. Adaptez votre communication et votre stratégie en conséquence. Évitez d’être insensible et distant sur le plan émotionnel. Sachant que 56% des consommateurs sont intéressés par les initiatives COVID-19 des marques, il est essentiel d’être présent et de contribuer à la lutte collective contre la pandémie.

Une bonne réponse à cette crise contribuera à placer votre entreprise dans une position forte aujourd’hui et pour l’avenir. Si vous avez besoin de nous, nous sommes là pour vous aider à chaque étape.

ENTREZ EN CONTACT