La montée du consumérisme responsable

La montée du consumérisme responsable
mardi, novembre 20, 2018
Marina Azmy

Les consommateurs sont de plus en plus conscients de l’impact des produits qu’ils achètent. Alors que leurs priorités diffèrent, certains consommateurs ont commencé à changer consciemment (ou inconsciemment) leur comportement d’achat, en décidant où acheter et à qui acheter, en fonction de l’impact social et environnemental de la marque.

Ils commencent également à s’intéresser à l’impact des entreprises sur leurs communautés locales. Contribuent-elles aux communautés dans lesquelles elles évoluent ? Sont-elles « locales » de manière signifiante ?

Cette tendance à la consommation responsable nous parle à tant de niveaux. Après tout, nous connaissons le « local » de bout en bout — et nous nous spécialisons dans l’autonomisation des clients afin qu’ils puissent communiquer avec leurs clients et leurs publics jusqu’au niveau hyperlocal. Alors, regardons de plus près ce qui se passe à cet égard.

Qu’est-ce que le consumérisme responsable ?

Pour lui donner une définition du dictionnaire, le consumérisme responsable est la prise de conscience accrue de l’impact de ses décisions d’achat. De qui suis-je en train d’acheter ? Que représente la marque ? L’entreprise que je soutiens est-elle responsable vis-à-vis de l’environnement ? Soutient-elle des valeurs d’équité sociale ?

Family spending a day in shopping mall together

Cela n’est qu’un simple aperçu de l’éventail des questions auxquelles les consommateurs responsables tentent de trouver des réponses avant de faire un achat. Dans cet esprit, nous avons compris l’importance d’une prise de décision consciente pour tous les types de parcours d’achat, et avons développé des stratégies pour aider les marques à atteindre et engager les consommateurs à des moments critiques tout au long de leur parcours.

L’influence croissante de la RSE

Selon une enquête menée récemment par Cone Communications , 87 % des Américains décideront d’acheter un produit car l’entreprise osutient une problématique qui leur tient à cœur. Cone a également constaté que les millénariaux sont plus susceptibles que les autres segments démographiques de rechercher les initiatives de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) et sa contribution à l’amélioration du monde.

Selon un récent rapport de Shelton Group, 86 % des personnes interrogées pensent que les entreprises doivent non seulement soutenir les causes sociales, mais aussi prendre position sur les questions sociales. En fait, 64 % des répondants qui pensent qu’il est extrêmement important pour une entreprise de prendre position sur un problème social ont également déclaré qu’ils étaient très susceptibles d’acheter un produit reposant sur cet engagement.

Dans le même ordre d’idées, 64 % des personnes interrogées ont déclaré qu’à leur avis, les entreprises devraient fournir une assistance pour les problèmes liés aux produits ou services qu’elles proposent. Un bon exemple est l’initiative Un pour Un de TOMS. Il s’agit d’une marque qui utilise ses produits pour aider les personnes dans le besoin : pour chaque paire de chaussures que vous achetez, l’entreprise en offre une autre à quelqu’un qui en a besoin.

C’est là qu’une solide stratégie de contenu joue un rôle très important. Les marques doivent créer un contenu signifiant, personnalisé et engageant qui non seulement réponde aux besoins de leurs publics, mais reflète également leurs valeurs. Comprendre ce que veulent les clients — et ce qui est important pour eux — est le meilleur moyen pour les entreprises d’établir des liens de plus haut niveau avec leurs clients.

Consommation responsable dans différents secteurs

En travaillant sur nos livres blancs et en menant des recherches sur nos clients, nous avons constaté que certains thèmes gagnaient en importance : la RSE et les pratiques touchant la durabilité et l’éthique. Il est intéressant de noter que cette tendance est manifeste dans de nombreux secteurs, du commerce de détail aux restaurants à service rapide, en passant par les voyages et l’hôtellerie.

Un investissement dans les communautés locales

Nos recherches sur les tendances du marketing numérique dans le secteur des services financiers nous ont permis de constater que la RSE et l’engagement auprès des communautés prenaient de plus en plus d’importance chez les institutions financières. Kelly McNeill-Sproxton, directrice du développement des membres de

Elle a expliqué que Vancity soutenait la prospérité des petites entreprises, en particulier de celles qui contribuent à créer un impact économique, social et environnemental au sein de leurs communautés locales : « Toutes les générations réagissent à des messages tels que la commodité, la sécurité et les entreprises locales », a-t-elle expliqué. Cela aide, à son tour, à créer une affinité avec la marque.

Woman buying tomatoes at a local farmer's market

Encore une fois, cela nous ramène à l’importance d’une stratégie de contenu bien pensée qui tienne compte des thèmes de la RSE et de la durabilité. Chez DAC, nous adoptons une approche axée sur les données, qui établit un lien entre la marque et ses clients avec un contenu de qualité, orienté sur les préoccupations des consommateurs. Les études d’audience et les informations extraites des données nous permettent de tracer le parcours du client et de comprendre comment et quand communiquer avec les clients tout au long de leur processus d’achat. Il est impératif que les marques comprennent comment intégrer les initiatives de RSE et de développement durable dans leurs stratégies de contenu afin de favoriser l’acquisition et la fidélisation de clients.

Service rapide, impact durable

En examinant le secteur de la restauration rapide, Toast a découvert que le principal canal de marketing utilisé par les chefs de file de l’industrie de la restauration et les professionnels est le parrainage de communautés/d’événements/d’œuvres de bienfaisance (66 %). Notre livre blanc sur les QSR, Serving Up Consumer Insights a également constaté que les experts surveillaient les initiatives de RSE :

« Je vois un peu de panique à l’heure actuelle autour de l’idée de responsabilité et de redonner à la communauté, ainsi qu’à tous ces éléments de plus grande responsabilité sociale des entreprises « , a déclaré Sara E Smith, ancienne directrice du marketing chez Qdoba, actuellement conférencière. en marketing à l’Université du Colorado à Boulder et fondatrice d’In Good Company. »

Le côté laid de beaux vêtements

Passons à la mode. Grâce à d’innombrables audits de conversations sur les réseaux sociaux, nous avons constaté qu’il y avait des milliers de mentions négatives au sujet des détaillants internationaux du prêt-à-porter, et ici nous parlons d’énormes marques de renommée mondiale. Ces marques se retrouvent avec des scores de sentiment net très négatifs parce que les consommateurs responsables ne sont plus disposés à fermer les yeux sur l’impact négatif qu’on les détaillants de la mode rapide, et cela pourrait s’avérer, selon certains experts, « potentiellement catastrophique ».

Les problèmes humanitaires, environnementaux et sociaux sont les principales causes de ces réactions négatives. Selon Forbes, par exemple, 2,8 millions de vêtements sont envoyés aux sites d’enfouissement aux États-Unis, où ils croupissent durant de nombreuses années et libèrent des produits chimiques toxiques qui contaminent le sol et les eaux souterraines.

En plus des changements climatiques, de la pollution de l’eau et de l’augmentation des déchets textiles, les normes du travail sont souvent inexistantes dans l’industrie de la mode rapide, où l’exploitation du travail humain semble être la norme travailleurs sous-payés incident Rana Plaza travail des enfants. Pour toutes les raisons susmentionnées, certains défenseurs des droits humains sont allés jusqu’à qualifier les consommateurs qui font leurs achats chez les détaillants de mode rapide de « citoyens du monde contraires à l’éthique ». Les conditions sont réunies pour que ces marques réagissent, mais elles doivent le faire de manière signifiante.

Prenez la route la moins fréquentée

Le tourisme durable est une tendance relativement nouvelle, mais il gagne rapidement du terrain. Selon Selon le rapport Booking.com, 87 % des voyageurs internationaux déclarent vouloir voyager de manière durable, 39 % déclarant qu’ils y parviennent souvent ou toujours.

Mais « tourisme durable » peut signifier plusieurs choses différentes. Il peut s’agir de voyager sans nuire à l’environnement naturel et culturel de la destination, de soutenir les entreprises locales ou même de choisir des hôtels écoresponsables, des hôtels qui s’engagent pour la durabilité au moyen du recyclage, des installations écoénergétiques et des aliments locaux, entre autres.

Man touching a large tree as he backpacks through a forest

Départs, destinations et perturbateurs , dans le livre blanc sur les voyages et l’accueil, Arjun Channa, directeur général au Westin Calgary, a expliqué comment son hôtel est impliqué dans diverses initiatives communautaires, en indiquant que « l’hôtel dans lequel nous opérons devrait toujours contribuer à la communauté dans son ensemble ».

Comme toujours, il est essentiel de comprendre vos clients, en particulier les clients locaux. C’est pourquoi nous menons des recherches approfondies sur le comportement des consommateurs afin de comprendre les réactions et activités émotionnelles et comportementales associées à l’achat de produits et de services. Cela nous permet de recueillir des informations stratégiques qui, à leur tour, sont utilisées pour créer des personas bien équilibrées et jeter les bases d’un ciblage efficace (en d’autres termes, atteindre les consommateurs au bon moment avec le bon message).

Le mouvement croissant vers le consumérisme responsable a eu un impact sur les industries à tous les niveaux. Donc, si vous ne l’avez pas déjà fait, le moment est venu de vous demander : « Ma marque surveille-t-elle cette tendance ? »

Développement durable et valeur de la marque

Très bien. Passons maintenant à la grande question : la durabilité a-t-elle un impact sur la valeur de la marque ? La formule est en réalité assez simple : une entreprise peut et va attirer et fidéliser des clients en répondant à la demande croissante pour des produits et services responsables, ce qui est à son tour lié à la valeur financière et à la croissance.

De plus, lorsque nous parlons de valeur de la marque, nous devons également parler de la réputation de la marque. Lorsqu’une marque commence à investir dans des initiatives de RSE et à s’impliquer activement dans la communauté locale, sa notoriété et sa reconnaissance augmentent. Cela a un impact positif sur la réputation, ce qui contribue à attirer de nouveaux clients et à conserver ceux qui y sont déjà. Cela, encore une fois, se traduit en valeur financière et, à son tour, en valeur pour la marque. C’est un excellent exemple de cercle vertueux.

Avoir un effet positif sur votre monde

Il est clair qu’il y a un argument de plus en plus étoffé en faveur de la durabilité. Dans un monde confronté à des défis sociaux et environnementaux, les marques doivent pouvoir raconter une histoire authentique de responsabilité sociale, de durabilité et de respect de l’environnement. Celles qui ne le font pas sont peu susceptibles d’attirer les consommateurs de plus en plus conscientisés — et vocaux — d’aujourd’hui.

Alors, choisissez une cause qui vous tient à cœur. Une qui sied bien à vos produits et services. Devenez un défenseur. Soyez passionné à ce sujet. Et n’ayez pas peur de l’intégrer à votre image de marque et à tout ce que vous faites.

Êtes-vous prêt à commencer à créer une marque ayant une vocation ? Nous sommes là pour vous aider. Parlons .