DAC Blog Auteurs Les points clés lors de la migration d’un site : Comment ne pas aggraver les choses
Filter By
Analytique web & mesure de performance Design Gestion de la présence locale Gestion des relations clients Médias numériques Nouvelles Perspectives stratégiques Référencement organique (SEO) Référencement payant (SEM) Stratégie de Contenu Voir tous nos auteurs
Le digital va vite. On va encore plus vite.
Abonnez vous à notre newsletter mensuelle pour ne manquer aucun de nos nouveaux articles, vidéos, livres blancs, évènements, et bien d’autres. Vous pouvez vous désabonner quand vous le souhaitez. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité.
Les points clés lors de la migration d’un site : Comment ne pas aggraver les choses

Les points clés lors de la migration d’un site : Comment ne pas aggraver les choses

jeudi, décembre 14, 2023

Soyons clairs : les migrations de sites, ça craint ! Il n’y a aucun moyen d’y échapper ! Le travail, les tests, les longues journées, le stress et les délais, la résistance au changement, le retard dans le travail « régulier » sur le site, tant au niveau du contenu que du développement, qui s’accumule en raison du gel du code et du contenu. Les conséquences négatives potentielles sur le trafic du site et, en fin de compte, sur le résultat net – en particulier s’il s’agit d’un site de commerce électronique – peuvent avoir un impact considérable, parfois pendant plusieurs mois, voire plus d’un an !

Au cours de ma carrière, j’ai participé à entre cinq et dix « grandes » migrations de sites. Il s’agit parfois d’un changement ou d’une mise à niveau de plateforme, de la version A à la version B, ou même d’une migration vers une toute nouvelle technologie, CMS amélioré/redessiné, CDN, serveurs dans le cloud, nouveau DAM, nouveau logiciel d’automatisation du marketing, mise en place de l’analyse, pas de domaine, le TRAVAIL !

Il est essentiel, voire crucial, de se concentrer sur la recherche organique et le référencement pendant les périodes précédant et suivant la migration, et même le jour de la mise en service, afin de limiter les conséquences négatives majeures pour votre entreprise.

Les mots-clés, les impressions et le trafic organique vont fluctuer même si tout se passe aussi bien que possible lors d’une migration. Google doit comprendre le nouveau site, les nouveaux signaux et pendant quelques semaines vous allez voir des fluctuations quotidiennes/hebdomadaires extrêmement volatiles dans les mots-clés et le trafic, et si vous avez la malchance d’avoir une migration en cours lorsque Google lance une mise à jour d’algorithme, cela peut aggraver et multiplier la volatilité encore plus !

Voici mes conseils, basés sur mon expérience et les leçons que j’en ai tirées :

  1. Stratégie de redirection : elle est d’une importance cruciale et numéro un sur ma liste, assurez-vous que toutes les anciennes URL de la plateforme vont être redirigées quelque part, en espérant que ce ne soit pas uniquement vers la page d’accueil. Google recommande de ne pas modifier les URL et la structure, mais cela est parfois inévitable et nécessaire, d’où l’importance des redirections.
  2. Balises canoniques et Hreflang : Assurez-vous qu’ils sont mis en place correctement sur toutes les pages indexables du site.
  3. Fichier Robots.txt et balises index/noindex : Vérifiez les règles d’autorisation et d’interdiction dans votre fichier robots.txt et assurez-vous que votre utilisation des balises Index/Suivant est correcte. Vérifiez également que les liens XML du plan du site sont mis à jour dans le nouveau fichier robots.txt.
  4. Plans de site XML : Examinez les nouveaux liens du plan de site XML et assurez-vous que seules les URL indexables sont incluses.
  5. Effectuez un crawl du site à l’aide de ScreamingFrog SEO Spider : sur l’ancienne plateforme quelques semaines avant la migration. Vous pouvez supprimer les métadonnées (h1, titres de pages, méta descriptions) et obtenir une liste de toutes les URL indexables. Ensuite, après la mise en ligne, lancez à nouveau le crawler sur ces URL et assurez-vous que les redirections sont correctement implémentées et les redirections pour vous assurer que ces liens sont corrects et ne pointent pas vers des URL qui sont 404 et/ou non-indexables.
  6. Contrôle qualité du site avant la mise en ligne : assurez-vous de tester toutes les pages les plus fréquentées, le menu principal, les pages importantes de votre site et assurez-vous que les métadonnées, le contenu, etc, correspondent le plus possible ! Testez la vitesse des pages, souvent et rapidement, comparez les données, les corrections nécessiteront du temps de la part des développeurs et le fait de leur permettre de connaître ces problèmes rapidement et souvent les aidera à les corriger avant la mise en ligne et ne nécessitera pas un déploiement « quelque temps » après la mise en ligne comme un suivi rapide.
  7. Après la mise en ligne : vérifiez à nouveau tout ce que vous avez fait en termes de contrôle qualité. Les premières 24 à 48 heures et la première ou les deux premières semaines après la migration sont essentielles pour détecter rapidement tout problème.
  8. Jour du lancement (T0) : soumettez à nouveau vos plans de site XML à Bing et à Google Search Console et surveillez les rapports d’erreur quotidiennement pour montrer la progression de l’indexation et corrigez immédiatement les erreurs 404, soft 404 ou 5xx du serveur ou les erreurs de redirection.
  9. Dans les jours qui suivent la mise en ligne, surveillez le trafic de votre site : notez les mots-clés et les pages qui enregistrent les baisses les plus importantes – si nécessaire, soumettez à nouveau manuellement les pages à Google dans Google Search Console et examinez et surveillez, car il faut parfois un certain temps à Google pour recrawler et réindexer la ou les nouvelles pages. Le recours aux médias payants peut également compenser les baisses de trafic à court terme.
  10. 30 à 45 jours après le lancement : effectuez un audit technique complet du site. Idéalement, vous disposez d’un audit technique antérieur qui ne date pas de plus d’un an afin de pouvoir comparer l’avant et l’après.

Les captures d’écran ci-dessous sont des exemples de trois sites qui ont tous subi des migrations de site au cours du même mois, des migrations de plateforme similaires et dans le même secteur d’activité. Tous ont connu des pertes de trafic à deux chiffres et des déclins de mots-clés. Le premier site a eu le moins d’impact avec une baisse de trafic de seulement -12%, alors que les deux autres sites ont vu une baisse de trafic de -19% et -27% jusqu’à présent.

Site 1:

Site 2:

Site 3:


Vous pouvez constater que le déclin du premier site n’a pas été aussi radical que celui des deux autres. En suivant la liste de contrôle ci-dessus et en n’oubliant pas la recherche organique pendant la migration du site dans les phases de pré-migration, de migration et de post-migration, leurs impressions se rétablissent déjà à des niveaux proches de ceux d’avant la migration.


Le site a encore subi des impacts négatifs, la migration ne s’est pas déroulée à 100 % comme prévu, ce qui n’arrive jamais, et en plus ils ont eu la malchance que Google ait lancé une mise à jour du système de base et du système de spam juste avant que la migration du site ne soit lancée et une autre mise à jour du système de base 30 jours plus tard. Le site unique a presque retrouvé son niveau d’avant la migration, ce qui n’est pas le cas des deux autres sites. La baisse des mots-clés et du trafic organique pour le premier site n’a pas été aussi importante. Sur l’un des sites, un mot-clé/une page valant près de 100 000 euros de demande de recherche est passé de la position 1 à la position 9 !

C’est pourquoi il est impératif que les organisations disposent d’une personne dédiée qui connaisse et comprenne les bases et les meilleures pratiques en matière de référencement dans la salle pour les migrations de sites. Et si ce n’est pas le cas ? Engagez une agence de marketing numérique, comme DAC Group, qui dispose d’une équipe d’experts en référencement qui peut cibler et contrôler les impacts organiques et l’expérience dans la réalisation des migrations de sites.

Les migrations de sites peuvent, à long terme, être bénéfiques pour une organisation, si les étapes appropriées sont suivies avec un plan de projet solide, qui n’oublie pas le SEO. Il suffit de résister à la tempête pendant quelques semaines, voire quelques mois. Les chutes de sites seront toujours plus spectaculaires que les récupérations, mais les migrations réussies sont celles qui limitent ces chutes et atténuent les risques et les impacts autant que possible.

 

CONTACTEZ-NOUS

Abonnez-vous à notre newsletter et prenez une longueur d’avance !
x
Obtenez un accès exclusif à de nouveaux articles, vidéos, livres blancs, évènements et bien plus encore ! Désabonnez-vous à tout moment. Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité.